Nous utilisons des cookies (cookies CLAAS et de fournisseurs tiers, p. ex. Google Analytics) afin de vous faciliter la navigation sur notre site Internet et de vous proposer des contenus mieux adaptés à vos centres d'intérêt. Afin de vous permettre de poursuivre votre visite sur notre site Internet, seuls des cookies techniques sont placés sur votre ordinateur. Si vous acceptez les cookies, cette décision s'applique à tous les cookies (cookies à des fins de marketing inclus). Votre consentement est libre et peut être retiré à tout moment.

Pour plus d'informations, veuillez consulter notre Politique de confidentialité.

Accepter

Chenilles TERRA TRAC

Une évolution constante.

L'agriculture évolue en permanence. Pour répondre à l'augmentation des contraintes de rendement, de souplesse et de moindre compaction des sols auxquelles les agriculteurs et les entrepreneurs de travaux agricoles doivent faire face, CLAAS ne cesse de faire évoluer ses chenilles TERRA TRAC.

Chenilles TERRA TRAC

Une évolution constante.

L'agriculture évolue en permanence. Pour répondre à l'augmentation des contraintes de rendement, de souplesse et de moindre compaction des sols auxquelles les agriculteurs et les entrepreneurs de travaux agricoles doivent faire face, CLAAS ne cesse de faire évoluer ses chenilles TERRA TRAC.

LEXION TERRA TRAC.

Depuis plus de 20 ans, les chenilles TERRA TRAC n'ont cessé d'apporter la preuve de leurs qualités sur les moissonneuses-batteuses et ne cessent d'évoluer pour tenir compte des exigences croissantes des clients. Aujourd'hui, près d'un tiers des modèles LEXION et la moitié des modèles LEXION hybrides sont équipés de chenilles TERRA TRAC.

Nos clients apprécient particulièrement les avantages suivants :

  • Moindre compaction des sols grâce à une pression au sol réduite de 66 % par rapport à une machine à roues (Cranfield University, 2006)
  • Déplacement rapide sur route (jusqu'à 40 km/h, selon pays) et largeur de transport minimale conforme à la réglementation
  • Confort routier maximal grâce à l'architecture brevetée et à la suspension intelligente du train de chenilles
  • Débits plus élevés grâce à une utilisation prolongée de la machine et à son excellente motricité qui minimise le patinage
  • Guidage parfait de l'outil frontal et excellente tenue de cap grâce à un comportement équilibré
  • Grande stabilité en dévers grâce à la surface d'appui importante des chenilles
  • Potentiel d'économies grâce à la préservation de la structure des sols et à une préparation des sols exigeant moins d'efforts

Excellent confort routier, vitesse de d'avancement élevée et faible largeur de transport pour faciliter et réduire les temps de déplacements

Les chenilles TERRA TRAC contribuent à un guidage particulièrement stable et équilibré de l'outil frontal et plus encore avec des barres de coupe de grande largeur.

Nouvelle bande de roulement : les nouvelles chenilles supportent durablement les contraintes imposées lors des déplacements sur route grâce à leurs structures modifiées.

Quatre modèles de chenilles TERRA TRAC déclinés en trois largeurs (635 mm, 735 mm et 890 mm pour les céréales et 890 mm pour le riz) sont disponibles pour la LEXION.

La LEXION TERRA TRAC à l'essai.

Si le système de chenilles TERRA TRAC est numéro un mondial dans le monde agricole, ce n'est pas un hasard. Les milliers de machines qui l'utilisent ont depuis longtemps démontré ses avantages sur le terrain. Ceux-ci ont également été confirmés dans une étude réalisée en 2006 par la Cranfield University à Silsoe, en Grande-Bretagne, où, grâce à un pénétromètre, on a mesuré les niveaux de compaction des sols et fait apparaître de grosses différences entre machines à pneus et machines chenillées.

  • Par rapport à une machine équipée de pneus surdimensionnés de 800/65 R 32, les chenilles TERRA TRAC permettent de réduire la pression au sol de la moissonneuse-batteuse de près de 66 % pour la maintenir à 0,8 bar, sans dégrader le sol.
  • Malgré un poids supérieur, le système TERRA TRAC déforme nettement moins le sol. À une profondeur de 10 à 60 cm, la déformation est inférieure de près de 65 % en moyenne par rapport à celle générée par une machine dotée de pneus de 900/60, selon l'étude.
  • Malgré un tassement supérieur jusqu'à une profondeur de 12 cm, on constate une baisse rapide du niveau de compaction au-delà de cette valeur avec les chenilles. À partir d'une profondeur de 40 cm, on ne constate plus de différence significative, du point de vue statistique, par rapport à un sol non compacté. Avec des pneus, le tassement augmente jusqu'à une profondeur de 20 cm pour rester ensuite pratiquement constant jusqu'à 70 cm.
  • Les effets de compaction du sol mesurables dus aux chenilles se limitent à la surface du sol. Ils peuvent donc être éliminés par une préparation du sol tout à fait classique.
  • Le train de chenilles laisse derrière lui des traces sur lesquelles les pneus arrière peuvent rouler sans accroître encore la compaction du sol.
  • La puissance inférieure nécessaire à la préparation ultérieure du sol permet de réduire les coûts de carburant et de main d'œuvre.

  • Compaction du sol mesurée avec un train de pneus et un train de chenilles.

    Source : Dirk Ansorge, Cranfield University, Silsoe (2006)

  • Force de traction nécessaire pour l'ameublissement du sol après le passage d'une machine à pneus et d'une machine chenillée.

    1 Ameublissement après le passage des pneus (puissance nécessaire : 240 ch)
    2 Ameublissement après le passage des chenilles (puissance nécessaire : 88 ch)

    Avantages pour la préparation ultérieure des sols :

    Suite à la moindre compaction du sol, l'exploitant peut économiser du carburant et du temps lors de la préparation du lit de semence. La force de traction à fournir par le tracteur pour l'ameublissement du sol à une profondeur de 45 cm après le passage d'une moissonneuse-batteuse chenillée est inférieure de 36 % par rapport à une machine à roues. La compaction plus en surface générée par les chenilles permet de réduire la profondeur de travail de 10 cm. Résultat : la puissance à délivrer par le tracteur passe de 240 ch à 88 ch, soit une réduction de 63 %.

    Source : Dirk Ansorge, Cranfield University, Silsoe (2006)